5. Concrètement en classe


Voici quelques exemples de bilans d’apprentissage scientifique réalisés par des élèves du 3e cycle.

 
 
 
 



Pour structurer le bilan et la production de l’audio, les élèves peuvent être invités à faire des entrevues : un élève pose les questions et l’autre lui répond. Les questions peuvent avoir été imposées par l’enseignant ou préparées par les élèves. Voici, en aide-mémoire, des thèmes de questions incontournables à aborder au moment du bilan :

  • Les résultats de l’investigation :

    • La confirmation ou l’infirmation de l’hypothèse de départ;

    • Ce qu’on a appris (ou pas!) avec ces résultats et les observations qui les accompagnent.

  • Un retour sur la démarche : ce qui a bien fonctionné, ce qui a posé problème, ce qu’on a dû faire pour se réajuster, ce qu’on ferait autrement si l’on avait plus de temps. 

  • Nos nouvelles connaissances scientifiques, tant au niveau des concepts, des techniques que des procédures.


Le mot de la CP sur l’importance de faire un retour sur les idées initiales et sur l’hypothèse. 

À l’école, on conditionne nos élèves à produire de bonnes réponses puisqu’ils désirent, entre autres, faire plaisir aux adultes ou simplement avoir de bonnes notes. Ainsi, ils apprennent rapidement des stratégies pour nous offrir ces bonnes réponses. Or, en science, on ne veut pas produire “des bonnes réponses”, on veut plutôt mieux comprendre le monde dans lequel on vit. Et, souvent, cette quête vers la compréhension implique que notre hypothèse de départ n’est pas confirmée par notre démarche. La première leçon de rigueur scientifique sera donc d’être humble par rapport à nos hypothèses et d’apprendre qu’on a bien fait la tâche même si, en conclusion, on découvre l’inverse de ce qu’on pensait initialement! Et puis, c’est tant mieux : cela voudra dire qu’on a appris quelque chose et qu’on n’a pas fait tout ce travail pour rien!

  

    • Et sur l’importance de faire un retour sur le processus et sur le réajustement.

En classe, nous n’avons pas le temps de vivre une réelle démarche scientifique où l’on devrait, par exemple, refaire l’expérimentation un grand nombre de fois pour s’assurer que la réponse obtenue n’est pas le fruit du hasard. On doit donc prendre des raccourcis pédagogiques pour couvrir le programme dans le temps mis à notre disposition. Ainsi, pour tout de même être rigoureux par rapport à ce qu’est une réelle démarche scientifique, on prendra du temps pour faire un retour sur le processus et les ajustements nécessaires à y faire si nous étions de vrais scientifiques.


Last modified: Thursday, 3 October 2019, 2:14 PM