3. Ce qu’en dit la recherche, le programme et les experts

La littératie en contexte numérique vise la capacité à recourir aux ressources numériques - combinées à d’autres ressources qui peuvent être matérielles, humaines et thématiques - pour comprendre, communiquer, critiquer et créer. 

Chaire de recherche en littératie médiatique multimodale
Pour développer ses cinq compétences en littératie médiatique multimodale, voici une grille qui pourrait vous être utile:

Grille des compétences en Littératie médiatique multimodale 

(Lacelle, Lebrun, Boutin, Richard, Martel 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015)

Le cadre d’évaluation en science et technologie aux 2e et 3e cycles du primaire propose que la planification de la démarche de l’élève soit liée à l’un des critères d’évaluation, la mise en oeuvre d’une démarche appropriée.”

Cadre d’évaluation des apprentissages -  Science et technologie - Enseignement primaire - 2e et 3e cycle, MELS, 2011,  p. 4

Du côté du programme, c’est dans les attentes de fin de cycle de la compétence 1 - Proposer des explications ou des solutions à des problèmes d’ordre scientifique ou technologique qu’on présente explicitement ce qu’on attend des élèves en matière de planification :

  • Au deuxième cycle : “À la fin du deuxième cycle, l’élève explore des problématiques qui font appel à des approches et stratégies relativement simples et concrètes. Il se documente, planifie son travail, prends des notes en fonction de certains paramètres.”

  • Alors qu’au 3e cycle, il en fera de même, mais avec des paramètres de plus en plus nombreux en faisant appel à des approches et des stratégies plus complexes et parfois un peu plus abstraites.

Programme de formation de l’école québécoise, MEQ, 2001, p. 151


Ici, il est important d’attirer l’attention sur le fait qu’on demande à l’élève de planifier sa démarche et pas nécessairement de rédiger un protocole de laboratoire. Il importe que l’on soit conscient qu’une démarche d’investigation scientifique n’est pas un processus linéaire. et exiger des élèves de rédiger un protocole en bonne et due forme n’est pas une avenue souhaitable. Dans son livre Faire apprendre les science et la technologie à l’école, Patrice Potvin illustre ce processus par une comparaison avec celui pour faire un film. 

“Déclarons qu’il faut d’abord absolument se débarrasser de la fable selon laquelle la démarche qui nous intéresse puisse être réduite à l’acronyme OHERIC (Observation; Hypothèse, Expérimentation; Résultats, Interprétation; Conclusion) et surtout renoncer à obliger les élèves à la vivre complètement et dans cet ordre. Cette séquence en effet n’est qu’une fiction. Elle est pareille à un long métrage dont on reconstruirait l’histoire à la fin, lors du montage. Comme le processus de tournage cinématographique, la réalité de la recherche est un brin plus chaotique, anachronique et décousue.”

Faire apprendre les sciences et la technologie à l’école, Patrice Potvin, 2019, p. 148

Martin Brouillard, chargé de cours en didactique des sciences et de la technologie et cofondateur des Neurones atomiques répond à la question “à quoi devrait ressembler les traces d’une démarche en science?”. Dans cette entrevue, il met en évidence que la forme des traces (ex. : texte écrit, illustrations, vidéos, enregistrements, etc.) devrait être un choix de l’élève, mais que le contenu doit être rigoureux.




Finalement, une entrevue réalisée par Maude Labonté qui discute avec Virgnie Martel, professeure à l'Université du Québec à Rimouski campus de Lévis,  pour connaître son point de vue en tant que chercheuse sur le croquis-note en histoire et en géographie.


Last modified: Thursday, 21 November 2019, 3:04 PM