4. Ce qu’en dit la recherche?

« L’apprentissage des techniques d’écoute. Cela consiste à travailler l’écoute chez les élèves, ce qui leur permet de mieux prendre la parole par la suite. En effet, lorsqu’on demande à des élèves d’évaluer la communication orale d’un pair ou de faire un retour sur cette dernière, ils doivent avoir appris à écouter pour être en mesure de fournir des informations justes et précises. Enseigner la reformulation, enseigner à l’auditoire à poser des questions, à jouer des rôles d’observateur ou d’évaluateur (évaluer ses pairs), voilà des façons de travailler l’écoute. » 

Atelier pour un enseignement de l’oral, Christian DUMAIS, Québec français, no. 157 - printemps 2010, p. 58-59.


« Les élèves ont besoin d’entraînement ou d’occasions qui leur permettent de structurer leurs connaissances et d’en tester la portée et les limites. Ils y parviennent lorsqu’on les aide à approfondir une idée, à confronter les idées des autres ou à émettre des hypothèses. Chaque élève est amené à travailler en fonction de ses capacités, à utiliser ses connaissances, à pousser une idée au bout de ses possibilités, en lien avec le problème à résoudre. Cependant, c’est à travers ses interactions sociales, médiées par le langage, que l’élève est amené à confronter ses idées, à les questionner, les reformuler ou les solidifier. En classe, les élèves sont en général insuffisamment entraînés à structurer les connaissances qu’ils possèdent.» 

Thésée, G. (2016).  Apprentissage par la découverte. Dans Raby, C. et Viola. S (dir.). Modèles d’enseignement et théories de l’apprentissage, De la pratique à la théorie, (p. 159-170). Montréal : Éditions CEC.


Piste d’enseignement de la compréhension orale. Lafontaine, L. & Dumais, C. (2012). Pistes d’enseignement de la compréhension orale. Québec français, (164), 54–56.



Modifié le: jeudi 21 novembre 2019, 14:58