Print bookPrint book

Apprentissages - module 5

Les aspects traités dans la phase d'apprentissage de ce module sont les suivants.

5. Repousser les limites de l’impression 3D


Site: Campus RÉCIT
Course: Modélisation et impression 3D
Book: Apprentissages - module 5
Printed by: Guest user
Date: Saturday, 20 July 2019, 11:46 AM

5.1. Imprimer une imprimante 3d

Il est facile de se procurer une imprimante à un très bas prix. Certaines personnes préféreront ne rien assembler alors que d’autres aimeraient pouvoir le faire. En plus de réduire le cout d’achat, une imprimante 3D en pièces détachées peut donner l’occasion de manipuler davantage l’ensemble des pièces impliquées dans l’impression, ce qui peut contribuer à une meilleure compréhension du processus. Pour les plus braves, il est également possible d’imprimer une grande partie des pièces d’une imprimante 3D auxquelles s’ajoutent des pièces électroniques et informatiques qui se vendent séparément. En 2015, RevarBat (un pseudonyme) a conçu une imprimante 3D qu’il a nommée “Snappy” et qui était constituée à 73% de pièces imprimées, ce qui lui valut le record du monde, en 2017, pour l’imprimante 3D ayant le plus de parties imprimées en 3D (“Snappy”, 2018). Les fichiers d’impression de cette imprimante 3D étant disponibles sur le web, il vous est possible de tenter l’expérience.

Snappy une imprimante 3D constitué à 73% de pièces imprimées

Référence :
Snappy. (2 février 2018). Dans Wiki RepRap. Repéré le 21 juillet à https://reprap.org/wiki/Snappy

Image : 
Desmera, R. (2015). FullPrinter3 [JPG]. Repéré à https://github.com/revarbat/snappy-reprap/wiki


5.2. Recycler et produire son filament

Si vous désirez diminuer l’empreinte écologique de vos impressions 3D, recycler les matières premières recyclables en les disposant dans un bac bleu est un geste simple. Afin d’aller plus loin, il est également possible de créer du filament à partir des retailles (supports, radeaux, etc.) ou des impressions manquées. En effet, des compagnies ont développé des machines capables de déchiqueter la matière première et de l’extruder de manière à ce qu’elle puisse reprendre la forme de filament.

    


Un recycleur de filament artisanal

Tout comme l’imprimante 3D, il est possible d’imprimer une grande partie d’un recycleur de filament ou d’utiliser d’autres matériaux (bois, plastique, métal, etc.). Des plans et des vidéos sont disponibles sur internet pour vous accompagner dans vos démarches.


Un recycleur de filament artisanal

Images :
hlyman. (s. d.). Lyman filament extruder [JPG]. Repéré à https://pinshape.com/items/45295-3d-printed-lyman-filament-extruder-v3

ReDeTec. (9 avril 2018). ProtoCycler is the all in one plastic recycling solution for 3D printed waste [Vidéo]. Repéré à https://www.youtube.com/watch?v=PZdEhvmosko

5.3. Numériser un objet 3d

La modélisation d’un objet 3D peut être faite à l’aide d’un logiciel de modélisation 3D. À ce moment, les informations relatives à l’objet doivent être digitalisées par la manipulation de données numériques. Tout comme il serait possible de prendre une photo d’une image que l’on pourrait retoucher dans un logiciel pour ensuite l’imprimer sur un canevas, il est possible de photographier un objet de manière à ce qu’on puisse recueillir suffisamment d’informations afin de les interpréter dans un logiciel de modélisation 3D. Que ce soit avec une tablette électronique, un cellulaire ou un appareil photo, l’assemblage de plusieurs photos prises à différents points de vue permettra de noter les informations relatives aux axes X, Y et Z impliqués dans l’impression (3DShapespeare, 2016). Des systèmes de numérisation spécifiquement faits pour numériser un objet 3D existent, mais ceux-ci sont dispendieux. Également, il est important de savoir que ce processus peut être chronophage. Notamment utilisée en médecine, cette technologie représente un outil de prédilection afin de modéliser des objets complexes ou difficiles d’accès.

Un numériseur 3D utilisé en médecine dentaire

Référence :
Shapespeare. (2016). 3D scan anything using just a camera. Repéré à https://www.instructables.com/id/3d-Scan-Anything-Using-Just-a-Camera/

Image :
Motley, D, (2017). animated-gif-scanning-dental [GIF]. Repéré à https://gomeasure3d.com/blog/stationary-or-handheld-3d-scanner/


5.4. Intégration de l’impression 3D à d’autres technologies

L’imprimante 3D fait partie des éléments incontournables à avoir dans un laboratoire créatif. Toutefois, associée à d’autres technologies, il est possible de repousser les limites de nos créations. En effet, l’impression 3D se marie très bien à la robotique et à l’électronique. Par exemple, elle pourrait être utilisée conjointement avec du matériel Arduino afin de créer des pièces de drones (châssis, hélices, etc.), ce qui amène à développer des designs adaptés au projet entamé. Les exemples de combinaisons possibles sont nombreux et n’a de limite que l’imagination humaine. Des recherches sur internet avec des mots clés comme “imprimante 3D et arduino”, par exemple, vous offriront des suggestions de projets.

Un robot contrôlé par un module Arduino et dont le châssis a été imprimé

Image :
Page, J. (2017). a-3d-printed-rubiks-cube-solving-robot-powered-by-raspberry-pi [GIF].Repéré à https://laughingsquid.com/3d-printed-rubiks-cube-solving-robot/